La forêt d’écoutants

 

Jeanne Simone

la forêt decoutants

Une expérience d’écoute participative et sensible.

INSCRIPTIONS ICI

Expérience…écouter ensemble l’espace public qui nous entoure. Cette proposition transforme l’humeur du lieu et invite le passant à repenser son rapport à la ville et à l’autre.

La forêt d’écoutants invite chacun, habitant(e) du quartier, curieux,  à participer à une proposition corporelle simple : écouter les yeux fermés, immobile et debout, un lieu qui vit et vibre à nos oreilles.

Être là, entièrement dans le moment présent, se laisser envelopper par les sons qui traversent et s’extraire du flux d’images qui saturent notre quotidien. Au regard des passants, cet étrange collectif, fragile et poétique, apparaît comme une forêt organique de corps à l’écoute.

La forêt d’écoutants s’impose, en douceur, comme un manifeste.
Elle oppose au tumulte la simple présence d’être soi, ensemble et ne revendique que cela.
Qui est déjà beaucoup.

La Forêt d’écoutants est proposée dans le cadre des Nouvelles Marches, conçues par Anne-Cécile Paredes.

La forêt d’écoutants par

Laure Terrier

Après une formation en lettres, Laure Terrier a enrichi son approche de la danse contemporaine d’une multitude de rencontres et de formations autour du  Contact Improvisation, de la Composition Instantanée et du Body Mind Centering. Son parcours est jalonné d’allers et retours entre le mouvement dansé et la théâtralité : elle a été l’interprète de chorégraphes telles qu’Odile Duboc, Laure Bonicel ou Nathalie Pernette. Les chemins de traverse ont développé son appétit pour  la création autant que pour l’expérimentation, les formes hybrides et les lieux de représentations atypiques (Cie Les Filles d’Aplomb ; Cie Révalité – Laurent Chanel; Cie Passaros; Théâtre du Zèbre; Serial Théâtre…).

La question du lieu investi devient centrale dans son travail, particulièrement à l’écoute du son et des relations entre espace et espace sonore. Au sein de Jeanne Simone, initiée en 2004, mon rapport à la danse trouve un écho dans une relation non frontale, où il s’agit davantage d’un partage d’espace, d’une relation de corps à corps, et de perceptions à perceptions, que du déploiement d’une prouesse technique. Rendre le corps à la rue et au « vivre ensemble ».

 

les lieux

SÉGUINAUD rozin meignan beauval Bassens
nuit verte à SÉGUINAUD Bassens
SÉGUINAUD HAUT-CARRIET BOIS-FLEURI LERMITAGE PALMER IRIS Cenon Bassens Lormont
LA BURTHE CASTEL OBSERVATOIRE SYBIROL CYPRESSAT Floirac Cenon BEAU SITE PALMER

Départ randonnée

Arrivée randonnée

Points d’accès

Évènements

QG panOramas

réseaux sociaux